dimanche 20 décembre 2015

C'est les fêtes, vous avez besoin de vous soigner par phagothérapie mais cela représente un vrai budget que vous cherchez à collecter. Profitez des fêtes et des anniversaires pour demander à vos amis et familles une participation, cela réduira conséquemment votre budget, voire le financera entièrement. Un beau cadeau pour une belle cause: vous tirer d'affaires  et vous soigner !!
www.sesoignerengeorgie.com

vendredi 11 décembre 2015

POURQUOI IL NE FAUT PAS AVOIR PEUR DE SE RENDRE EN GEORGIE!

Peur de perdre de l'argent :
J'ai peur d'envoyer de l'argent en Géorgie et que personne ne m'attende à l'aéroport :
Soyez rassurés, si vous le souhaitez, vous ne paierez qu'à votre arrivée en Géorgie, installé dans votre hébergement. Vous ne paierez les soins à l'Institut Eliava que lors de votre validation du protocole de soins. Ainsi pas de surprises (ni de frais bancaires!!).

Je ne connais rien de ce pays lointain, est-ce que c'est sécurisé ?
L'autre soir, j'étais à une réunion d'expatriés (oui, on aime bien boire une bière tous les vendredis soir dans un 4* sur les hauteurs de Tbilissi, superbe!). Un ami américain qui vit à Tbilissi me dit alors
-Tu sais Alain, chez moi, dans le Michigan, je ne me promène pas à 2 heures du matin tout seul dans la rue, mais ici à Tbilissi, je n'ai pas peur, il ne se passe jamais d'agression
- Ah oui, c'est vrai! rétorqué-je.

Une heure après, je bois une autre bière (chacun ses défauts) avec le directeur de l'école Britannique de Tbilissi. Il me dit:

-Tu sais Alain pourquoi je me sens bien à Tbilissi?
-Non, répondis-je.
-Ici, à 2 heures du matin, je peux me promener dans la rue, c'est calme et tranquille et je n'ai pas peur. Jamais je ne ferai ça à Manchester ou j'habite en Angleterre.

Effectivement, en cas d'agression en Géorgie, il y aura toujours des Géorgiens pour vous porter secours, pas la peine d'attendre la police. Alors il n'y a presque pas d'agression.

Peu oupas de drogue
La drogue est très fortement réprimée ici. En plus, culturellement, se droguer est une honte pour la famille. Donc c'est très rare. Pas ou peu de mafia vis à vis de ce problème.

L'alcool 
L'alcool se boit en famille ou entre amis, plus que de raisons surement, mais jamais tout seul. Très peu de batailles et d'agressions dues à ce problème.





jeudi 3 décembre 2015

COMMANDER DES BACTERIOPHAGES

La phagothérapie sert à soigner des infections bactériennes. Ceci est dit et compris!
Il y a dans la nature plus de bacteriophages que de bactéries, et la panoplie pour guérir de (presque) toutes les infections est dans nos mains.
Mais voilà, il est préférable, voire nécessaire, de faire un test de virulence du bactériophage contre la bactérie qui vous infecte, et ceci se fait en Géorgie. Ceci est vrai pour toutes les infections aux BMR (Bactéries Multi Résistantes), staphylocoques, streptocoques, etc.
Mais alors, pour quoi les Géorgiens peuvent ils aller en pharmacie et se procurer des bactériophages contre les gastro, otites, sinusites, etc...sans faire aucun test.

Effectivement, il est possible de se procurer de tels bactériophages communs. Il faut au préalable bien comprendre si vous avez une infection récidivante (cystite, gastro, ...) ou si vous souhaitez juste vous soigner avec des bactériophages plutôt qu'avec des antibiotiques. Seul votre médecin pourra vous conseiller sur l'état de votre santé.

Si vous souhaitez juste vous soigner des quelques maladies avec des bactériophages plutôt qu'avec des antibiotiques, ceci est possible, tout en décrivant au plus précis la nature de la maladie.




samedi 14 novembre 2015

EFFETS INDESIRABLES DE LA PHAGOTHERAPIE

Nous vous présentons ci-après un extrait de la thèse de Monsieur Jean-Rocques Courtault qu'il a présentée pour l’obtention du DIPLOME d’ETAT de DOCTEUR en PHARMACIE :

Principaux effets indésirables Les principaux effets indésirables de la thérapie phagique dans cette étude sont des symptômes digestifs, des réactions locales au site d’administration phagique, des surinfections et une élévation de la température corporelle. • Symptômes digestifs Les symptômes digestifs sont étudiés chez les patients recevant le traitement phagique par voie orale (11 patients recevant le traitement phagique par voie orale seule et 22 patients recevant le traitement phagique par voies orale et topique, soit 33 patients au total). Les principaux effets relevés sont des nausées (3 patients sur 33 soit 9%), des douleurs abdominales chez un patient et une réduction de l’appétit chez un autre patient. De plus, cinq patients ont noté un gout désagréable de la préparation phagique administrée. • Réactions locales au site d’administration Les réactions locales au site d’administration de la préparation phagique sont observées chez 26 des 141 patients traités (soit 18,4%). Les préparations concernées sont des gouttes nasales, des compresses imprégnées, des bains de siège, des gargarismes, des irrigations fistulaires ou vaginales et des suppositoires. Les réactions rapportées sont, pour la plupart, mineures : rougeurs, picotements, démangeaisons, douleurs locales, irritations cutanées, sentiment d’inconfort suite à l’irrigation vaginale, sècheresse et irritation des muqueuses de l’arbre respiratoire supérieur, aggravation d’une dermatite atopique (chez 1 patient), urticaire (chez 1 patient) et cloques purulentes (chez 1 patient). La sensation de picotements et de douleur locale a été rapportée chez 8 patients. Dans une grande majorité de cas, ces réactions sont des épisodes brefs (jusqu’à 30 minutes) et transitoires : elles cessent après plusieurs jours d’administration phagique ou lors du remplacement de la préparation phagique par une autre. Le protocole a dû être interrompu chez 2 sujets (soit 1,4%) à cause de fortes réactions locales : dans un cas il s’agit d’importantes douleurs locales persistantes et dans l’autre cas d’une aggravation de la dermatite atopique au site d’administration du phage. Les composants des préparations phagiques responsables des réactions observées n’ont pas été identifiés par les auteurs. 140 • Surinfection Une surinfection nécessitant la modification du traitement phagique, un arrêt de la phagothérapie ou l’administration supplémentaire d’antibiotiques ou d’antifongiques, s’est développée chez 7 des 153 patients analysés (soit 4,6%). Chez 5 de ces patients, la préparation phagique a été administrée uniquement par voie topique. Par ailleurs, une candidose a été diagnostiquée chez deux patients. Le risque de surinfection n’est pas une conséquence directe de l’administration de phages. Cependant, le spectre d’action étroit des préparations monophagiques exposent les patients à de tels risques. L’administration de cocktails phagiques, permettant d’élargir le spectre d’action, pourrait minimiser le risque de surinfection. Enfin, pour un patient, l’arrêt de la thérapie phagique s’est imposé au bout de 9 jours en raison d’une importante exacerbation des symptômes inflammatoires, associant œdème et douleur au niveau du site de l’infection. La nature de l’infection de départ (germe et site infectieux) chez ce patient n’est pas précisée par les auteurs. • Elévation de la température corporelle Une élévation de la température corporelle est observée chez 10 des 153 patients (soit 6,5%). Chez cinq patients, il s’agit d’une température subfébrile (entre 37° et 38°C) et chez les cinq autres d’une température fébrile (> 38°C). Cet effet indésirable fait suite à l’administration de phages par voie topique (5 patients), par l’association des voies topique et orale (2 patients), par voie orale seule (1 patient), par voie rectale (1 patient) et par inhalation d’aérosols (1 patient). L’élévation de la température apparait quelques heures seulement après l’administration de la première dose de phages. Dans la majorité des cas (9 patients), la température corporelle est revenue à la normale soit spontanément, ou suite à l’administration d’antipyrétique(s) ou du remplacement de la préparation phagique. Au contraire, l’élévation de la température corporelle a nécessité l’arrêt du protocole phagique chez un patient. Cette élévation était importante et persistante malgré l’administration d’antipyrétiques. L’arrêt du traitement phagique a coïncidé avec un retour à la normale de la température corporelle. Les composants responsables de cette élévation de température corporelle n’ont pas été identifiés par les auteurs. De plus, le pourcentage de pureté des préparations administrées n’est pas mentionné. On ne peut donc pas exclure que les préparations phagiques soient 141 dépourvues de substances pyrogènes d’origine bactérienne (comme les LPS). La lyse bactérienne in situ, par les phages, pourrait également entraîner une libération de substances pyrogènes. Enfin, il est également possible qu’un ou plusieurs composant(s) de la préparation phagique induise(nt) une élévation de la température corporelle via la synthèse de cytokines impliquées dans la régulation thermique.
Afficher l'image d'origine

dimanche 1 novembre 2015

Combien coûte le traitement et combien de temps dure t il?

Suite à votre demande quant aux tarifs de traitement par phagothérapie, il est nécessaire d’établir un diagnostic pour savoir précisément de quel traitement vous pourriez avoir besoin.
Pour cela, il faut que l’Institut Eliava reçoive un échantillon de votre infection pour déterminer la (les) bactérie(s) incriminée(s), et pour trouver le bactériophage qui sera efficace contre votre bactérie.

Si un bactériophage standard est efficace, un traitement de 3 semaines (en moyenne) est nécessaire (mais ça peut être moins) et coute 3900$ (90% des cas)
Si les bactériophages standards ne sont pas efficaces, il faudra trouver un autre bactériophage ou créer un autophage ; 1100$ à rajouter au traitement.

Concernant l’avion, nous pouvons  avoir des billets à environ 250€-350€  aller-retour Paris-Tbilissi, cela dépend combien de temps à l’avance vous prenez votre billet et à quelle période.
(attention, les prix suivants sont en dollars, retirez environ 10% pour l’avoir en €uros)
Concernant l’hébergement : les prix seront en fonction de votre budget : nous pouvons vous avoir un appartement  de 50$ à 150 $ par nuit, ou des hôtels de 90$ à …palace !
A noter que la nourriture n’est pas chère en Géorgie, vous acheter à manger et cuisiner à votre appartement est la meilleure solution la moins chère.
Un interprète vous coûtera 28$ par jour plus quelques coûts de  transferts depuis et vers l’aéroport, et entre votre hébergement et l’Institut Eliava.

Plusieurs solutions s’offrent à vous :
-Faire un prélèvement de votre lieu infecté et l’envoyé à l’Institut Eliava, pour qu’il puisse faire le test ci-dessus évoqué, mais par expérience celui-ci arrive souvent trop tard et n’est plus exploitable, il faudrait qu’il arrive en moins de 3 jours. Si tel est le cas, vous pourrez être informé à distance de la possibilité de guérison ou non par phagothérapie et si un phage standard suffit ou s’il faut un autophage.

-Solution plus sûre et plus tranquille (mai plus onéreuse) : venir directement à Tbilissi, une petite semaine pour faire le test et obtenir les résultats. De cette façon, tous les tests pourront être faits dans de parfaites conditions. Ensuite vous pouvez rester en Géorgie pour le traitement ou revenir plus tard. Avantage de revenir, vous serez en terrain connu, confiant quant à la façon dont tout va se passer, vous aurez des repères, … Inconvénient, cela prend plus de temps et est plus cher.

Inconvénient de venir en Géorgie pour faire le test et de faire le traitement dans la foulée : si jamais vous aviez besoin d’un autophage, le délai de création est d’environ 6 semaines et votre traitement ne pourra pas commencer avant ce délai.

-L’idéal est de venir pour 3 semaines, avec un billet pour un aller simple (ou avec modification simple du billet de retour), de faire le test, si un bactériophage standard est suffisant, vous restez pour le traitement et prenez votre billet de retour au moment ou vous voyez que tout se termine, s’il faut un autophage, vous rentrez en France et revenez après plus de 6 semaines pour un traitement de 3 semaines (avec un aller – retour fixe cette fois-ci).

Concernant les paiements, vous pouvez réserver vos billets d’avion auprès de notre partenaire en France, qui moyennant une assurance, peut vous permettre de changer ou d’annuler votre billet sans aucune explication (les seuls à faire ça en France).


Concernant le paiement des soins : vous devrez le faire à votre arrivée en Géorgie auprès de l’Institut Eliava (pas de paiement en avance de nécessaire, mais faisable tout de même).
Concernant le paiement de l’organisation de votre séjour (transferts, hébergements, interprètes), vous pouvez le faire à l’avance par virement ou le faire à votre arrivée en Géorgie vous évitant des frais bancaires. A noter qu’un contrat sera signé entre nous et nos clients nous engageant quant aux prestations à réaliser.

mardi 27 octobre 2015

INSTITUT ELIAVA DE LA PHAGOTHERAPIE

L'institut Eliava de Tbilissi a été créé en 1923 par Georges ELIAVA, chercheur émérite qui s'est lié d'amitié avec Félix d'Hérelle, le découvreur des principes de la phagothérapie.

Depuis lors, et sur ordre de Staline, la phagothérapie n'a jamais été abandonnée, et l'institut Eliava est le plus ancien institut du monde et par conséquent le plus expérimenté sur le sujet.

Avec la fin du communisme, l'effondrement économique et le conflit armé qui ont suivi, l'Institut Eliava et sa collection de bactériophages a failli disparaître. C'était sans compter sans la passion des professionnels de l'Institut qui ont conservé les bactériophages stockés dans l'Institut à leur domicile, dans leurs frigidaires.

Durant les années 90, l'Institut a fonctionné au ralenti. Mais depuis les années 2000 et le fort taux de croissance que connaît le pays, l'Institut a pu renaître de ses cendres. Les professionnels confirmés sont revenus, de nouveaux ont été formés, l'Institut est petit à petit rénové et il est maintenant tout à fait opérationnel.

Il emploie aujourd'hui 130 chercheurs, techniciens et personnel administratif et inclut 8 unités :
 - Un laboratoire de microbiologie générale
 - Un laboratoire de microbiologie appliquée
 - Un laboratoire d'écologie microbienne
 - Un laboratoire de biologie moléculaire
 - Un laboratoire de virologie et d'immunologie
 - Un service de collection de souches bactériennes
 - Un département de recherche et développement
 - Un groupe de contrôle biologique

 L'Institut Eliava est et veut continuer d'être à la pointe mondiale de la phagothérapie. Il comporte la plus grande collection de bactériophages acquise après 80 années d'expérience et qui continue de s'agrandir pour soigner le plus d'infections possibles.

Ses chercheurs et praticiens ne sont dédiés qu'à la phagothérapie et sont les vrais experts de ce domaine.

Avec le formidable outil de communication internationale qu'est internet, et avec la persévérance de quelques praticiens de tout pays (saluons les professeurs PATEY et DUBLANCHET, le docteur Claude Hervé RICHE, le docteur Jétôme LARCHER pour leur promotion de la phagothérapie) la phagothérapie est de plus en plus évoquée comme outil thérapeutique pour les patients atteints de Bactéries Multi Résistantes (BMR). Eliava fait face à un afflux grandissant de patients du monde entier et entérine si besoin en était sa position de leader mondial sur un sujet sans concurrence en Europe de l'ouest et Amérique du nord.


mercredi 7 octobre 2015

EFFETS SECONDAIRES DE LA PHAGOTHERAPIE

Voici des informations rassurantes, confirmées et documentées sur les effets secondaires potentiels dus à la phagothérapie : les nouvelles sont très bonnes!








LA PHAGOTHERAPIE :PEU D'EFFETS SECONDAIRES

Extraits de la THÈSE Pour le DOCTORAT VÉTÉRINAIRE Présentée et soutenue publiquement devant LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE CRÉTEIL Le 30 janvier 2014 par Magali, Christiane, Elisabeth BERGER SAVIN :
 
Effets secondaires rares et de faible intensité:
-Quasiment toutes les études réalisées sur les bactériophages rapportent l’absence d’effets secondaires (Letkiewicz et al., 2010).
-Des essais cliniques rigoureux menés récemment chez l’homme selon les critères réglementaires actuellement en vigueur, montrent l’absence d’effets secondaires (Wright et al., 2009).
-Les quelques effets secondaires rapportés dans la bibliographie apparaissent bénins, rares et transitoires, sinon facilement réversibles. Il s’agit principalement d’atteintes gastrointestinales, de douleurs hépatiques, de fièvre ou de maux de tête, et l’intensité en est relativement légère (Alisky et al., 1998 ; Dublanchet, 2009).
-Des symptômes gastrointestinaux ou allergiques seraient rapportés chez moins de 0,5 % des patients traités (Alisky et al., 1998).

 Ces désagréments pourraient être engendrés soit par la suspension de phage en elle-même, soit par la réaction associée à son emploi, c’est-à-dire la lyse bactérienne, soit tout simplement par la maladie elle-même.

 Comparés aux effets secondaires des antibiotiques:
 
 Parmi les effets secondaires observés lors d’antibiothérapie, en particulier à large spectre, les plus fréquents sont les troubles digestifs (surtout des diarrhées) et les infections opportunistes secondaires (notamment des mycoses). En effet, ces antibiotiques détruisent les  bactéries pathogènes, mais aussi celles de la flore commensale non pathogène, dont par exemple les flores intestinale ou génitale. Cela déstabilise l’équilibre de la flore bactérienne naturelle présent sur ces muqueuses et les autres microorganismes pathogènes peuvent alors prendre le dessus, situation donnant lieu à ces effets indésirables. Ce déséquilibre est appelé « dysbiose », les infections secondaires en résultant sont nommées « super-infections » (Abedon et al., 2011 ; Dublanchet et Patey, 2011 ; Dublanchet, 2009 ; Pirisi, 2000).

sesoignerengeorgie.com

lundi 5 octobre 2015

Pourquoi la phagothérapie n'est pas pratiquée en France?

La phagothérapie existe depuis 1917, a été utilisée avec succès et commençait à se mondialiser avant l'arrivée des antibiotiques. Cependant, les Géorgiens n'ont jamais arrêté son utilisation.
Cela fait donc 98 ans que c'est utilisé, et à relative grande échelle : l'armée rouge en prenait pendant la seconde guerre mondiale(source : la Guerre des phages), les cosmonautes russes ont fait des tests de bacteriophagie dans l'espace (source is-service, Russie), on n'a jamais cessé de soigner des gens avec celà. Les expériences ont donc été faites par millions; l'Institut Eliava de laphagothérapie à Tbilissi affirme, selon les mots de son ex-directeur Revaz Adamia, n'avoir rencontré absolument aucun problème dangereux de traitement avec les phages, jamais aucun accident, jamais aucun effet secondaire en 90 ans!!

Alors pourquoi pas en France? Ni même en Occident?

Par précaution, ou sous pression de certains lobbys, une loi a été passée en France en 1980, interdisant de soigner avec du vivant. Mais... jusqu'à quel point les phages qui sont, rappelons le, des virus, sont ils vivants? Rien n'est très clairement défini!

Ensuite, ne peut il pas se passer avec les phages comme avec les antibiotiques, une mutation des bactéries les rendant résistantes aux phages?
Selon le Docteur Claude Hervé RICHE, médecin-chercheur Français qui a fait sa thèse en 1976 sur la phagothérapie (et dont je recommande l'excellent livre "Manuel de phagothérapie pratique"), il est presque évident que les bactéries vont muter. Oui, mais voila, loi de la nature oblige, les bactériophages vont AUSSI muter pour gagner en virulence, et l'ordre naturel continuera d'être respecter, comme il l'est depuis des milliards d'années.

Enfin, les phages ne sont pas brevetables comme un médicament puisqu'il s'agit d'aider la nature et de l'orienter, donc l'industrie n'est pas prête à investir sur elle puisqu'elle ne pourra pas récupérer l'argent de cet investissement.

Enfin, il reste les pouvoirs publics. Leurs budgets se réduisant comme peau de chagrin, les dépenses pour valider administrativement la phagothérapie ne semblent pas avancer, et en tout cas pas être suffisants à ce jour pour réellement faire avancer les choses.


Et se ci n'était qu'une question d'argent : combien coûtent à la chère (dans les 2 sens du terme) sécurité sociale Française les amputations, les années d'antibiothérapie, les nombreuses opérations, ... que l'on pourrait éviter par la phagothérapie?

En attendant, la Géorgie continue et a un développement de bactéries multi résistantes bien inférieures aux Français, puisque les Géorgiens se soignent par phagothérapie !!!

sesoignerengeorgie.com

mercredi 30 septembre 2015

PHAGOTHERAPIE :DEFINITION



LA PHAGOTHERAPIE est l'utilisation de virus bactériophages (simplement appelés bactériophages ou même phageslytiques afin de traiter certaines maladies infectieuses d’origine bactérienne. Ce traitement a été largement utilisé dans le monde avant la découverte des antibiotiques. Si elle a été progressivement abandonnée par les pays occidentaux séduits par les avantages de l’antibiothérapie, en revanche la phagothérapie traditionnelle est toujours employée et développée dans les pays de l'ancienne Union Soviétique; principalement la Géorgie.(source wikipedia)

OU SONT LES VIRUS BACTERIOPHAGE,?
partout sur nous, sur notre peau, dans nos intestins, dans les rivières, 
dans les eaux usées, ... il y a des bactéries.
S'il y a des bactéries, il y a des virus bactériophages, autrement appelés phages. Ces virus sont les prédateurs des 
bactéries. Sans eux, nous ne serions sans doute qu'un amas inertes de bactéries, qui sait? 
Et les bactériophages sont extrêmement nombreux. On en dénombre 10 millions dans un millilitre d'eau du Lac Léman,
et on estime qu'ils sont 10 à 100 fois plus nombreux que les bactéries. Il ne faut pas en avoir peur, ces phages
sont nos amis!

COMMENT PEUT ON ETRE SOIGNES AVEC DES PHAGES?
Le principe est simple (mais l'utilisation professionnelle).
Des test sont effectués pour prélever la (ou les bactéries) qui vous infectent. 
Prenons l'exemple du staphylocoque doré dont nous entendons si souvent parlé (mais la phagothérapie ne soigne pas que 
celà). 
On vous prélevera un échantillon de votre staphylocoque doré, et des tests d'efficacité seront effectués avec 
plusieurs bactériophages (sur des boites de Pétri). Une fois le bactériophage
virulent défini, un cocktail sen sera réalisé, et vous aurez à appliquer ce liquide sur votre infection,
également à en boire, à utiliser des pansements imbibés, ... et ce tous les jours.
Pour les cas trop avancés, il peut s'avérer nécessaire d'ouvrir la plaie (sous anesthésie) et d'appliquer le cocktail de phages.

Ensuite, les phages "mangeront" (phagos en grec signifie manger) votre staphylocoque, ils pénétreront
dans chaque bactérie, s'y multiplieront jusqu'à la faire éclater, et continueront ainsi jusqu'à guérison.

Ce n'est pas douloureux, il suffit de consacrer 2 heures par jour pendant 3 semaines, pour être enfin guéri!

Quelques cas (estimés à environ 5%) de staphylocoques dorée peuvent réapparaître quelques mois après.
Il faudra alors refaire un traitement complémentaire, le plus tôt possible pour être le plus efficace, avec le 
cocktail de phages qui vous a été donné.
Ce nouveau traitement peut, dans la très grande majorité des cas, être fait à distance et terminera d'éradiquer votre infection.

sesoignerengeorgie.com




mardi 29 septembre 2015

Nous lançons ce blog afin que tout le monde puisse participer à l'échange de connaissances concernant la phagothérapie. Après avoir constaté qu'il n'était pas toujours aisé de trouver des infos sur le sujet, que certains pensent qu'il s'agit d'un remède miracle de plus et ne cherchent pas à s'informer plus en avant, alors que cela pourrait sauver tellement de vies, tellement d'amputations!

Nous invitons donc tous ceux qui se sont fait soigner par ce procédé à témoigner, les professeurs et docteurs qui ont travaillé sur le sujet à informer, ceux qui ont des questions à poser à les poser ici.

Ce blog est un échange entre tous ceux qui veulent s'informer ou informer, comprendre de quoi il s'agit. Alors allez y, c'est ouvert à tous, même aux détracteurs.

sesoignerengeorgie.com


logo

logo